Accueil‎ > ‎

Actu

Débutons l'année ensemble

publié le 1 sept. 2016 à 15:57 par Issy Peep

Chers parents, pour faciliter la vie scolaire de votre enfant, le mettre dans les meilleures conditions possibles pour son apprentissage, et pour vous parents pour être mieux informé et informer les autres parents, les représentants de parents d'élèves sont là et jouent un rôle important dans chaque établissement scolaire d'Issy. Alors, pourquoi pas vous? En ce début d'année scolaire, les équipes se reforment, se renouvellent, ou se créent. Ce, grâce à des parents bénévoles, motivés, en fonction de leur temps disponible. Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés : n'hésitez pas à prendre contact avec nous, par e-mail, ou via vos contacts PEEP dans votre école.
Vous pourrez aussi nous rencontrer sur notre stand au Forum de Rentrée au Palais des Sports Robert Charpentier à Issy, les 9 et 10 septembre prochains.

Activités périscolaires - alerte sur les hausses de tarifs - 2015-2016

publié le 20 sept. 2015 à 03:09 par Issy Peep

Nous avons pris connaissance des nouvelles tarifications des prestations et activités que la Ville et le Clavim proposent aux enfants d’Issy-les Moulineaux.

Le constat est une nouvelle forte hausse générale, en comparaison des tarifs en vigueur en septembre 2014 :

-          Garderie du matin en maternelle : +5% ;

-          Garderie du matin (ou du soir) en élémentaire : +3,53% (après déjà une forte hausse en septembre 2013) ;

-          Repas : +4,59%, après déjà une hausse de 3,09% il y a 1 an ;

-          Activités périscolaires en maternelle (‘plus gros’ forfait) : +5%, après une hausse de 6,52% il y a 1 an ;

-          Demi-journée Clavim (exemple : le mercredi après-midi) : +5,26% ; les tarifs de la journée Clavim augmentent à ce rythme depuis septembre 2012 ; de plus, l’inclusion de la prestation goûter dans la journée/après-midi Clavim augmente le coût, depuis septembre 2014 ;

-          Goûter : +4,82%, après une hausse de 23,8% il y a 1 an ;

Cette comparaison est opérée sur les tarifs maximum, qui mis à part les activités périscolaires de l’après-midi où la progressivité est plus étalée, concernent environ la moitié des familles isséennes. Avec le modèle de paiement au taux d’effort, la comparaison n’est pas possible à notre niveau pour les familles aux revenus moindres (mis à part les tarifs minimum).

Toutes ces hausses impactent significativement le budget mensuel des familles :

-          Plusieurs scénarii mettent en évidence, en comparaison de l’an dernier, une hausse de la dépense globale mensuelle pour ces prestations en maternelle d’environ 4,8%, et en élémentaire entre 8,9 et 10,3%.

A titre de comparaison, l’inflation en France à fin aout 2015 sur les 12 derniers mois est nulle, sur 2014 de +0,5%, sur 2013 de +0,9%.

On se demande quand elles vont cesser ou revenir aux niveaux plus raisonnables des années avant 2012.

Concernant les activités périscolaires, le risque augmente que certaines familles en évitent certaines, ce qui conduirait à un effet contraire à celui initialement recherché par la réforme des rythmes scolaires. La qualité et le renouvellement de ces activités au fil des trimestres et des ans seront aussi des éléments clés pour les maintenir attrayantes.

Nous avons fait part de ces éléments et inquiétudes à des conseillers municipaux, que nous avons rencontrés le 17 septembre dernier. Leur réponse confirme nos « soupçons » : facture des rythmes scolaires, aléas (et baisses) des dotations globales de fonctionnement de l’Etat, solidarité vers la région Ile-de-France et les autres régions, …et maintien d’un niveau de prestations inchangé pour la Jeunesse à Issy.

Nous avons bien insisté sur le fait que nos enfants doivent rester une priorité, au niveau éducatif, périscolaire, et que notamment au niveau du financement cela reste abordable et attractif pour tous. Nous souhaitons autant que possible que le secteur de l’Education soit préservé des coupes budgétaires.

M. De Carrère (Conseiller municipal chargé de l’Education à Issy) consultera les représentants des parents pendant l’année, en vue d’éventuels ajustements.

Mme Estrade-François, Présidente du CLAVIM, pour sa part nous a notamment répondu que « l’Association a intégré le réel impact de la réforme des rythmes scolaires qui a induit des charges supplémentaires pour le CLAVIM (augmentation de plus de 50% des effectifs en accueil périscolaire du soir en maternelle) et une perte de recettes (avec la suppression de l’accueil de loisirs le mercredi matin). (…) Le CLAVIM a souhaité conserver les conditions optimales d’accueil et de sécurité des enfants confiés. Le CLAVIM n’a ainsi pas souhaité abaisser les ratios d’encadrement (comme il l’est autorisé désormais aujourd’hui). Le CLAVIM veille à ne pas réduire les activités proposées au sein des accueils de loisirs, en conservant une dynamique et un renouvellement des animations au profit de l’épanouissement et le bien-être des enfants dans le respect de leur rythme. »

Situation sur les TICE à Issy - les Moulineaux

publié le 17 mai 2015 à 08:51 par Issy Peep   [ mis à jour : 17 mai 2015 à 08:54 ]

Les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) occupent une place importante à Issy-les Moulineaux.

Thierry Lefebvre, Maire-Adjoint Chargé du Numérique, a souhaité réorganiser la Commission TICE, en y associant plus les différents acteurs, notamment les parents d’élèves. Des sous-commissions ont ainsi lieu en ce moment, avant une Commission plénière le 19 mai prochain.

Chaque sous-commission aborde un thème :

-          formation / information des utilisateurs,

-          évaluation,

-          matériel.

Chaque « fédération » (FCPE, PEEP, Indépendants) a été invitée à participer à 2 des 3 sous-commissions. La PEEP a participé aux 2 premières ci-dessus.

Les représentants des directeurs d’école et des parents d’élèves étant différents d’une commission à l’autre, une partie introductive importante a eu lieu à chaque fois. Probablement des réunions complémentaires auront lieu début mai avant la plénière, afin d’atteindre les objectifs fixés pour chacune de ces sous-commissions :

-          L’intérêt de la sous-commission « formation / information des utilisateurs » est de suivre la formation professionnelle des professeurs des écoles ainsi que les usages TICE permis par l’installation des nouveaux équipements et par la formation des acteurs.

-          L’objectif de la sous-commission « évaluation » est d’évaluer la mise en œuvre de la politique TICE. Elle doit fixer des objectifs ciblés, mettre en place un outil de mesure et récolter des données afin de permettre un bilan objectif de la démarche.

-          La sous-commission « Matériel » a pour objectif de contrôler l’installation, le bon fonctionnement et la maintenance des équipements TICE.

L’objectif premier du déploiement des TICE à Issy est de développer l’usage de ces technologies.

La Ville a décidé d’allouer 1,5M€ sur 2 ans pour accélérer l’atteinte de cet objectif, avec une enveloppe budgétaire dédiée, indépendante de celle des travaux dans l’école (pour information, en comparaison, les travaux de maintenance dans les écoles portent sur 1,5M€ par an). Cela va se concrétiser par l’équipement en VNI de toutes les classes de la ville, et la fourniture de 2 classes mobiles par école (au lieu de 1 environ actuellement) ; ces classes mobiles à venir seront avec des Ipads. Actuellement, les classes mobiles sont composées de laptops (PC portables), Tibook ou IPads.

Ces équipements, a fortiori les classes mobiles, pourront être utilisés sur les temps scolaires et périscolaires.

Il se pose la question de la formation des différents intervenants. Côté Education Nationale, à la Direction de Services Départementaux de l’Education Nationale (DSDEN) des Hauts-de-Seine, 14 adultes dont 3 conseillers pédagogiques forment les personnels enseignants dans les écoles. Ils sont aidés localement d’enseignants partiellement déchargés dans chaque commune, pour du support pendant, avant ou après la classe.

Les parcours de formation ont une durée de 9h, répartis sur 3 demi-journées. Une partie de la formation à l’avenir aura lieu dans la classe.

La formation de l’Education Nationale est essentiellement pédagogique ; en complément, une formation plus technique est souhaitée. De plus, quelle latitude peut-on laisser à chaque école pour l’installation des applications de leur choix (dans un panel pré-défini), leur configuration ?

Le choix du Système d’Exploitation des VNIs est important : Smart est préféré s’il n’y a pas de ‘gros’ besoins.

On constate dans certaines écoles l’achat de logiciels par les coopératives.

Les usages ont besoin d’être un peu « libérés ». Il y a un besoin d’établir une synthèse des usages.

L’outil Scratch est utilisé en temps scolaire et périscolaire, pour effectuer de la programmation simple et de façon ludique.

L’idée est émise de former un enseignant dans chaque école, qui deviendrait ainsi un ambassadeur TICE.

Un parcours de formation pourrait être intégré à l’ENT. En commentaire, l’éditeur de l’ENC semble être en difficulté, car peine à réaliser des évolutions conformément au contrat avec la Ville.

L’école des Chartreux a mis en place un espace numérique partagé pour les enseignants.

Afin d’avoir plus de débit notamment dans les écoles, l’opérateur Orange s’est engagé à déployer la Fibre optique dans toute la ville d’ici la fin de l’année.

 

Le déploiement des TICE va être évalué par une cellule missionnée pour cela, en procédant comme suit :

-          séparation des compétences évaluateur / évalué ;

    évaluations qualitatives et quantitatives : objectifs, critères, indicateurs ;

-          discussion des remontées du terrain.

Quelques problématiques citées :

-          facilité de connexion ;

-          choix des logiciels ;

-          précautions sanitaires avec les ondes wifi : recommandation d’éteindre les routeurs wifi quand on ne les utilise pas (loi Abeille) ;

L’évaluation réelle s’étale sur une longue durée. Au Canada par exemple, les retours arrivent plutôt 10 ans après la mise en place des équipements. Face à cela, à plus court terme on souhaite à Issy mesurer une progression de l’usage.

-          le B2I (Brevet Informatique et Internet), passé par les élèves de CM2, est un dispositif d’évaluation existant.

Quelques retours de l’Inspection de l’Education Nationale, suite à un questionnaire envoyé aux enseignants d’Issy sur l’usage des TICE :

-          26 écoles primaires consultées,

-          aucun retour concernant l’usage des salles informatiques…. alors qu’elles sont pourtant utilisées ;

-          19 retours sur 26 par contre sur l’usage PC en classe.

Ces technologies incitent à une modification de la configuration des classes, à long terme. Les élèves sont plus engagés que lors des cours ‘classiques’, il y a plus d’interactions.

Des bénéfices sont aussi constatés pour la différenciation de l’enseignement en fonction de l’élève, notamment ceux porteurs de handicap ; c’est d’ailleurs une demande de l’Education Nationale.

Aucune donnée par contre sur l’impact réel au niveau des enfants sur l’apprentissage : accélération ou non, effets sur la mémoire à court terme et à long terme, etc... Cela dépasse le cadre de cette commission municipale.

Bilan des nouveaux rythmes à l’école après un trimestre : des points à améliorer

publié le 12 janv. 2015 à 14:26 par Issy Peep

Le 6 janvier dernier avait lieu à l’Hôtel de Ville une première réunion de bilan après un trimestre d’application des nouveaux rythmes scolaires et périscolaires à l’école primaire à Issy-les Moulineaux.

Vos représentants PEEP y étaient, et vous font part de l’essentiel.

L’assemblée a tout d’abord été sollicitée pour exprimer ses retours en terme d’impact sur la vie des familles, les enfants. Ce sont donc les parents d’élèves présents les plus concernés par la question.

Les représentants PEEP font part de leurs remontées, suite aux questions posées aux parents par e-mail les jours qui ont précédé cette réunion (cf les résultats de notre questionnaire dans un autre article):

-       En premier lieu et très largement, c’est la fatigue accrue de l’enfant qui ressort ;

-       Vient ensuite une désapprobation importante de la perte du mercredi matin libéré ;

-       En élémentaire, des devoirs à faire le soir à la maison plus voire beaucoup plus souvent qu’avant, avec ceux donnés le mercredi et suite aux après-midi contenant des activités longues.

-       Une complexification d’organisation et une réduction des activités extrascolaires ;

-       Une augmentation des frais de garde à domicile pour les familles ayant fait ce choix ;

-       Une scolarité et de sorties de classe concentrées sur la matinée, vue la durée des demi-journées de classe.

 

Concernant le fait que l’essentiel de la scolarité a maintenant lieu le matin, ainsi que les sorties de classe, Mme Carnel (Inspectrice de l’Education Nationale) intervient pour dire qu’il n’y a pas de raison à ce que les sorties ne puissent pas être aussi bénéfiques le matin que l’après-midi ;

-       Au contraire d’autres avis, des directrices d’école affirment que le mercredi matin est une bonne matinée de travail ;

o    Commentaire concernant l’organisation du périscolaire en maternelle : M. Jarry intervient pour indiquer que la sortie à 17h10 pose des soucis d’organisation, d’autant plus que de nombreux parents n’arrivent pas à l’heure, ce qui a pour conséquence de maintenir parfois du personnel quasiment en continu jusqu’à 17h35 (heure de début des sorties suivantes) ;

o    La fréquentation a augmenté de 9% le mercredi après-midi (stabilité en Elémentaire) ;

-       En cas de constat d’anomalies ou souhaits d’amélioration au niveau du périscolaire maternel, il existe au niveau de chaque école des fiches techniques qui peuvent être renseignées ; de plus Mme Vessière (Maire-Adjointe chargée de l’Education) est prête à recevoir toutes remarques précises afin de prendre les éventuelles mesures nécessaires localement ;

-       M. Jarry insiste bien sur le fait que le temps périscolaire maternel est un temps ludique, pas didactique ; il est important de prioriser des temps de « lâcher-prise » ;

-       Des parents signalent un manque de communication sur les réunions d’informations qui ont été organisées ;

o    Toutefois 40% des parents concernés sont venus à ces réunions organisées en septembre-octobre, ce qui est très supérieur à ce qui est constaté habituellement (source Mairie);

 

-       Il est fait remarqué par une maman un temps réduit pour la prise du goûter avant le démarrage des études ou ateliers courts, les enfants n’ont pas de temps pour se poser ; les directeurs approuvent ; ce temps est d’autant plus court dans les grosses écoles (exemple des Epinettes, Anatole France) ;

 

-       Remarques sur l’encadrement des études :

o    Qualité discutable signalée par les parents;

o    Les intervenants ont normalement un diplôme niveau minimum bac+2 ;

o    Là aussi Mme Vessière veut bien être destinataire de remarques précises (nom école, classe, etc…) ;

o    Mme Le Berre (Directrice au Groupe Scolaire de l’Ile St Germain) indique que pour son Groupe les études fonctionnent bien ;

o    Frédéric Maillard, un des 3 responsables de secteurs, indique qu’une adaptation (amélioration) a été faite sur le taux d’encadrement pour les études ; apparemment certains directeurs d’écoles n’ont pas été informés ;

o    Mme Kasper, directrice de l’école élémentaire Justin Oudin, gère elle-même avec la participation de ses enseignants, les études et activités courtes ;

 

Suite à ces constats, une réflexion a débuté pour voir ce qui pourrait être modifié au niveau organisation l’an prochain.

-       Mme Carnel souhaiterait une vraie pause de 30 mn à 15h45 ;

-       Idées de différencier les maternelles des élémentaires, les cycles 2 des cycles 3 (?) ;

-       M. Scheers (responsable des activités en Elémentaire) suggère pour la démarche de partir des activités longues qui fonctionnent bien, pour adapter le projet ;

 

En conclusion, d’ici une prochaine réunion, Mme Vessière propose à chaque partie d’envoyer ses propositions d’organisation modifiée, pour une application à la rentrée prochaine.

 

Annexe :

 

Cette réforme a été de fait avant tout une réforme des temps périscolaires. Voici quelques statistiques (de la Ville) sur ce sujet :

-       Les intervenants :

o    En élémentaire :

§  Ateliers courts :

·         67% de personnel du Service Education,

·         33% d’intervenants associatifs ;

§  Activités longues :

·         43% de personnel du service Education,

·         33% d’intervenants de l’OMS,

·         23% d’intervenants associatifs ;

§  sur les 16 écoles élémentaires :

·         Démarrent à 15h45 : 64 études, 55 ateliers courts, 100 activités longues ;

·         Démarrent à 16h45 : 36 études, 38 ateliers courts ;

-       Fréquentation en Elémentaire :

o    Sur les 3600 élèves scolarisés en Elémentaire,

§  34% quittent l’école dès 15h45,

§  18% sont inscrits au 1er créneau (atelier court ou études) et quittent l’école à 16h45,

§  48% sont inscrits aux 2 créneaux, dont 21% font études+ateliers courts, et 27% activités longues,

§  35% quittent l’école à 17h45,

§  13% sont inscrits à l’accueil du soir.

-       En maternelle, voici un rappel sur l’organisation des temps périscolaires:

o    Jeu et détente avec goûter (jusqu’à 16h45) : temps organisé après la classe pour permettre aux enfants de se détendre autour d’espaces aménagés (jeux de plein-air, jeux de société, lecture, activités manuelles…). Un goûter est servi durant ce temps dans toutes les écoles. Deux services sont mis en place en fonction des effectifs.

o    Accueil ludique et éducatif (jusqu’à 17h45) : par petits groupes d’âge, avec un animateur référent, les enfants participent à des cycles d’atelier en lien avec le projet défini par l’équipe d’animation. Il peut s’adosser au projet de l’école pour permettre une continuité éducative.

Après 17h45 : temps de retour au calme durant lequel les enfants profitent à leur rythme et comme ils le souhaitent des espaces installés dans les salles d’animation ou dans la cour.

Résultats du questionnaire PEEP sur la nouvelle organisation scolaire et périscolaire après un trimestre d'application à Issy

publié le 12 janv. 2015 à 14:24 par Issy Peep

Nous vous proposons de lire dans le document joint les résultats du questionnaire que nous avons diffusé aux parents dans les écoles pendant les vacances de Noël et auquel ceux-ci ont pu répondre jusqu'au 6 janvier 2015, jour de la réunion organisée par la Ville d'Issy sur ce sujet.

Venez vendre et acheter des vêtements de sports d'hiver

publié le 12 janv. 2015 à 14:15 par Issy Peep

Avant la prochaine classe de neige, ou bien en vue des vacances d'hiver, vous souhaitez peut-être vider un peu vos placards de vêtements de sports d'hiver appartenant à vos enfants ou à vous-même (adulte, ado). De même, vous avez peut-être besoin d'acheter des vêtements à une taille que vous recherchez?
Le dépot-vente de vêtements de sports d'hiver est fait pour vous : combinaisons, pantalons, pulls, gants, lunettes, chaussures (boots), chaussettes épaisses, sont bienvenus. Par contre pas de casques, ni skis.
Les dépots peuvent être faits à l'école Jules Ferry Elémentaire (1 rue Jules Ferry) le mercredi 14/1/15 de 15h à 18h ou bien le vendredi 16/1/15 de 18h30 à 20h30. Les ventes auront lieu samedi 17/1/15 de 10h à 13h : un conseil : venez pour 10h00.

Aperçu de l'impact de la réforme des rythmes scolaires à Issy sur vos finances

publié le 26 juil. 2014 à 13:02 par Issy Peep   [ mis à jour : 26 juil. 2014 à 13:02 ]

Chers parents,

Malgré nos demandes répétées, à ce jour (26 juillet) nous n’avons toujours pas eu communication du détail des tarifs (et modalités de calcul) des activités périscolaires qui entreront en vigueur à la rentrée de septembre 2014. La Ville prépare des présentations pour faciliter la compréhension par les parents, et certainement veut être la première à communiquer sur ce sujet (sensible), avec notamment le Point d’Appui de septembre.

Sans attendre plus longtemps, nous avons voulu évaluer le plus précisément possible le surcoût de la réforme des rythmes scolaires sur le budget des familles.

A défaut de plus d’éléments, et à partir d’informations collectées lors de la dernière réunion sur le sujet le 10 juin dernier, ainsi que lors de la dernière CCRS (Commission Consultative de la Restauration Scolaire), nous pouvons effectuer le calcul plutôt précisément pour les familles payant le tarif maximum (cela représente environ la moitié des familles isséennes). L’hypothèse prise est celle d’un enfant présent dans l’école 4 jours par semaine (pas de surcoût considéré le mercredi) de 8h45 jusqu’à la garderie du soir (fin à 18h30 au plus tard), présent au restaurant scolaire à midi.

Compte tenu des hausses annoncées du goûter (+14%), du repas (+3%), du tarif des activités après l’école (49€ par mois pour la période de 15h45 à 17h45, avec engagement au trimestre), le budget annuel pour 1 enfant va passer de 1264,32€ à 1559,56€ (soit +295,24€, une hausse de 23,35%).

Nous sommes à l’écoute de vos réactions.

A 3 mois de la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires

publié le 27 mai 2014 à 15:42 par Issy Peep

Rarement on aura vu une réforme aussi laborieuse, aussi controversée. Tout avait pourtant bien commencé : en 2010, le Ministère de l’Education Nationale lance une réflexion et une grande concertation avec les institutions concernées, appelée « Conférence Nationale sur les Rythmes Scolaires », qui aboutit à un rapport consensuel publié en juillet 2011: la réforme des rythmes scolaires est nécessaire !

Sujet poussé par certains à Issy-les Moulineaux à ce moment-là, une conférence est organisée en mai 2011 suite à laquelle notre Maire déclenche une vaste concertation locale (Fédérations de parents, Enseignants, Associations et Institutions locales). S’en est suivi un vaste « tunnel » pour nous parents, du fait du mûrissement progressif du projet, et surtout d’une longue série d’hésitations / oppositions de différents acteurs économiques. De nombreux maires ont fait part du manque de financement pour mettre en place cette réforme ; d’autre part, les lobbies du tourisme sont très puissants pour éviter le raccourcissement des vacances (d’été en l’occurrence). Ensuite la grogne s’est étendue à un nombre grandissant de parents et enseignants (très partagés depuis le début concernant ce projet).

A Issy, la Ville a soumis début 2013 aux parents élus un 1er projet d’organisation de la semaine, qui a été largement désapprouvé en Conseil d’Ecole ; dans la foulée ceux-ci se sont prononcés massivement pour le report de l’application de la réforme à septembre 2014. Après poursuite des réunions de réflexion et préparation, un projet bien mûr et plutôt consensuel a été présenté à tous les isséens en février dernier. On aurait pu croire que tout était fini ou presque. Hélas ! Avec les élections municipales, et une opposition toujours très importante à cette réforme, celle-ci continue à être « assouplie » par le Ministère. Il est maintenant possible de regrouper les activités périscolaires sur une seule demi-journée chaque semaine ; ceci a été prévu en priorité pour les communes rurales ou assez démunies, et pourtant déjà certaines villes importantes choisissent cette option (exemple : Lyon).

Des grandes lignes initiales de la réforme, il ne reste donc plus grand-chose :

-          Amplitude journalière identique pour tous les écoliers (7h au moins, 8h30 pour ceux  qui ne rentrent pas déjeuner chez eux) : plus d’obligation ;

-          Limitation de la durée totale des cours à 5h par jour : plus d’obligation ;

-          1 à 2h par jour d’accompagnement éducatif pour tous : ceci devait être à compétences partagées Etat / Collectivités territoriales / Associations à plus d’obligations, et dans les faits c’est très essentiellement organisé par les Collectivités territoriales ;

-          Pause méridienne minimum d’1h30 à 1h45 à Issy : ok ! Répond à une demande ancienne des parents élus, notamment pour permettre la prise plus sereine du repas et face aux capacités d’accueil limitées des salles de restaurant ;

-          Semaine sur 9 demi-journées : maintenu ;

-          Limitation de la durée hebdomadaire d’enseignement à 23h : plus d’obligation ;

-          Pour assurer le nombre de semaines d’école, réduction des vacances d’été à 6 semaines (et zonage l’été) : supprimé.

Et dire que la réforme devait initialement aussi s’appliquer au collège…

Ces assouplissements ne sont pas tous négatifs pour l’enfant, peut-être que la réforme envisagée initialement était trop radicale. Il n’empêche que maintenant on a l’impression que l’intérêt de l’enfant est oublié. En tout cas, que d’argent public gaspillé pour cette réforme. Et pendant ce temps, et l’an prochain, les résultats scolaires de nos enfants s’amélioreront-ils ?

A ce jour, nous n’avons toujours pas l’information du coût à supporter concernant les activités périscolaires qui nous seront proposées. La Ville prépare actuellement des simulations, et étudie de près le contenu des activités et les intervenants à choisir en fonction,… quitte à revoir éventuellement légèrement le schéma horaire présenté en février. Souhaitons que ce ne soit pas un zapping d’activité.

L’organisation pour les maternelles continue à faire débat ; chaque partie sera très attentive à l’automne concernant le vécu des enfants face à cette réforme.

Soyons tous vigilants dès la rentrée concernant le nombre, la qualité des intervenants qui encadreront nos enfants. Et faisons le vœu que la rentrée (décalée au mardi 2 septembre) se passe dans la sérénité !

Dépôt-Vente de vêtements de sports d'hiver

publié le 9 janv. 2014 à 15:25 par Issy Peep   [ mis à jour : 24 oct. 2015 à 15:11 ]

Notre traditionnel dépôt-vente hivernal a lieu au mois de janvier. C'est l'occasion pour tous, petits et grands, soit de vendre des vêtements dont on n'a plus l'usage, soit de trouver son bonheur pour les prochaines vacances au ski (soit les deux!).

Dépôt des vêtements le mercredi de 15h00 à 18h00 et le vendredi de 18h00 à 20h00 (horaires indicatifs).

Vente le samedi de 10h à 13h.

Il a lieu à l'Ecole Jules Ferry Elémentaire, 1 rue Jules Ferry à Issy les Moulineaux (92130).


Paiement ou remise des invendus samedi de 15h à 16h.
 Vêtements acceptés (dépôt limité à 15 articles par famille) : combinaison de ski, pantalon de ski, vêtements en polaire, pull de ski, boots, anorak, doudoune, bonnet, écharpe, gants de laine ou de ski, chaussettes et collants chauds, masque de ski, coupe-vent,… Par contre, le gros matériel tel que skis et chaussures de ski, casque, sera refusé.
Attention : seuls les paiements en espèces seront acceptés.

Les bénéfices de cette action seront reversés à un organisme caritatif.

Eclairage sur la théorie du genre

publié le 30 nov. 2013 à 14:39 par Issy Peep

Cet article, rédigé suite à la  conférence tenue le 26 novembre 2013 à Issy-les Moulineaux sur le thème de la théorie du genre, n’a pas pour but de promouvoir une idéologie, simplement il veut permettre à chacun de mieux comprendre la ou les théories du genre, à l’heure où un certain nombre de parents sont inquiets de la voir arriver dans les programmes scolaires.

 

Mardi 26 novembre avait donc lieu à I’Auditorium d’Issy-les Moulineaux une conférence sur le thème de la théorie du genre, avec comme oratrice Elisabeth Montfort, ancienne député européenne et ancienne élue au Conseil Régional d’Auvergne, juriste et philosophe. Celle-ci a fait un brillant exposé de la genèse de la théorie du genre, son cheminement progressif dans les pays jusqu’à nos jours.

Le terme anglophone gender (genre) désigne les différences socialement construites entre hommes et femmes.

La théorie du genre, ou plutôt les théories du genre, sont nées dans les années 1950 avec les travaux de recherche de John Money, psychologue et sexologue néo-zélandais. Il a travaillé notamment sur le sujet des enfants non différenciés sexuellement.

Plus tard, dans les années 60, c’est Robert Stoller, psychiatre et psychanalyste américain, qui fait des recherches sur l’identité sexuelle ; par ses descriptions de l'histoire de patients présentant différentes anomalies ou ambiguïtés sexuelles, il montre qu'une force biologique agit sur les comportements de genre d'un enfant dès son jeune âge, indépendamment du sexe assigné à sa naissance.

Ensuite, à partir de la fin des années 60 dans des universités des Etats-Unis, ont lieu des études sur les femmes (« women studies »), aussi connues comme les études féministes (« feminist studies ») : c’est un domaine académique interdisciplinaire qui explore la politique, la société, les médias et l'histoire de femmes et / ou des perspectives féministes. Les recherches portent sur les normes sociales de genre, de race, de classe, de la sexualité, et autres inégalités sociales. Elles sont étroitement liées au domaine plus large des études de genre.

La révolution sexuelle démarrée dans les années 60 se poursuit avec les lobbies de féministes radicales et homosexuels ; leur pensée s’apparente à celle du marxisme : oppresseur / oppressé.

Ces diverses actions conduisent à une extension du droit des femmes, via des sommets des instances internationales : la Conférence mondiale sur les femmes « Lutte pour l'égalité, le développement et la paix » (Pékin, 1995), la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne issu du traité de Lisbonne en 2007. Dans la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Istanbul, 2011), le mot « genre » remplace celui de « sexe » jugé trop réducteur.

Mettant en avant les rapports de pouvoir, la fonction, les féministes, avec la notion de « genre », entendent « dénaturaliser » les rapports entre les sexes.

La définition idéologique du terme genre est le genre sexuel choisi par l’individu.

Les études de genre ne sont pas homogènes, tout dépend du sens qu’on leur donne. (voir notamment les réflexions de la philosophe américaine Judith Butler)

Les instances internationales officialisent l’éducation à l’égalité de genre, pensée ayant pour but de se libérer des contraintes de la nature : on choisit son genre, on ne choisit pas son sexe. Cette pensée rejoint un peu celles de l’existentialisme (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir) : « je suis ce que je veux ». L’individu devient sa propre mesure.

Cela aboutit à l’indifférenciation, l’égalité par effacement, et ça là que le danger est, d’après Elisabeth Montfort.

La loi de refondation de l’Ecole (2013) contient un volet sur l’égalité filles-garçons, dont certains voient un moyen pour faire entrer la théorie du genre à l’école. Il est important de donner des clés de compréhension. L’ « ABCD de l’égalité », en expérimentation cette année dans 10 académies, ne contient pas le mot genre mais met en avant l’égalité par indifférenciation.

Les œuvres présentées par les établissements scolaires sur le sujet (livres, le film « Tomboy » par exemple) ne sont pas condamnables en soi, par contre ce sont les fiches pédagogiques fournies aux enseignants qui peuvent être orientées.

Elisabeth Montfort, qui ne cache pas son opposition aux théories du genre dans sons sens idéologique,  affirme que celles-ci sont l’instrument d’une révolution culturelle et anthropologique, portant atteinte à l’unité de la personne humaine (le biologique et le psychologique), à la famille, et appelle à la vigilance les parents. L’être homme et femme sont complémentaires.

 

Source d’informations complémentaires : wikipedia

1-10 of 23